Nous avons tous l’impression que nous devons nous suffire du Plan Sénégal Emergent (PSE) et en faire comme chez le religieux, notre livre sacré de chevet. Et qu’oser étaler ses insuffisances pousserait certains à crier au sacrilège.  

Lire plus

juniorSerigne Abdou Aziz Sy Al Amine (voir photo)a touché du doigt une question préoccupante, lancinante et qui jusque-là, est occultée par la communauté musulmane du Sénégal.

Lorsqu’il déclare sans ambages : « Il y a une pléthore de fêtes religieuses au Sénégal. » Et, quand il appelle aussi si justement à une réglementation de ces cérémonies qui selon lui, ruinent l’économie du pays

Lire plus

 

S’agissant de l’insécurité et sa recrudescence permanente dans le pays, c’est l’Etat qui en est entièrement  et le seul responsable. Car, il s’est fourvoyé, tête baissée, en s’engageant  dans une voie sans issue, comme celle des APS avec ses 10000 agents de proximité, sous le prétexte fallacieux de sécurité de proximité. Ceci, sans tenir compte des objections motivées, contre un tel recrutement inopportun. Alors qu’il aurait fallu tout simplement, en lieu et place, autant en policiers et gendarmes de métier,

Lire plus

 

 

La situation de l’école publique a atteint aujourd’hui un seuil critique très grave, mais il faut avoir l’honnêteté de reconnaitre quand même, que cela ne date pas de maintenant. Elle est la résultante d’accumulation de promesses et meures démagogiques, objectivement non applicables dans l’immédiat.

Lire plus

 

La situation est préoccupante et grave pour l’enseignement dans notre pays, l’école publique se trouve en faillite par la récurrence des grèves et une année blanche pointe son nez si rien n’est fait. Ceci est le résultat d’une politique mûrement et froidement mise en place depuis les années d’ajustement structurel du Président Abdou Diouf. Et ceci pour faire progresser l’école privée et dévaloriser notre enseignement public. Nous en avons une conviction tant la dégénérescence de notre système scolaire a été accélérée. Il s’est installé depuis, un laxisme coupable de la part de l’Etat. Ce laxisme s’est mué en posture.

Lire plus

Ça craint. Les retraités battent de l’aile

Le Fonds national de Retraites (FNR) couvre les pensions de fonctionnaires civils et militaires. Il s’agit d’un fonds spécial du Trésor dont la gestion administrative est assurée par la Direction de la Solde, des Pensions et Rentes Viagères. Rien à voir avec l’Institution de Prévoyance Retraite du Sénégal (IPRES) qui couvre les employés du secteur privé, les agents non fonctionnaires de l’État et les employés des administrations locales.

Lire plus

Nous sommes pour l’emprunt obligataire de la ville de Dakar, comme nous avons été pour ce qu’on a pu appeler « grand emprunt »  du pays acquis au moment de groupe consultatif de Paris pour le financement du PSE.

Mais on doit établir les règles de contrôle de l’endettement des collectivités locales comme c’est le cas pour l’Etat. Ceci est un impératif.

Lire plus
Depuis les indépendances, les plans et prospectives économiques ne produisent que des effets narcotiques d’un avenir toujours possible. Ce n’est pas faute de bonne volonté, le refrain lancinant sur les échanges et sur sa majesté le capital s’est soldé en arnaques et en vices cachés. Il manque d’originalité et d’audace pour s’inscrire, comme toujours, dans une logique de réplique et de tapage.

Lire plus

« Le sage a honte de ses défauts, mais n’a pas honte de s’en corriger »

Cette question, chaque Sénégalais conscient, responsable et de bonne foi devrait se la poser aujourd’hui. Il faut dire assurément, que les 65% des électeurs qui ont voté contre Me Wade en 2012, avaient vu très juste. Objectivement ou par intuition, ils avaient perçu ce qui allait nous arriver au cas où Me Wade resterait au pouvoir. Ils ont, mine de rien, véritablement sauvé notre pays d’une éventuelle catastrophe monstrueuse. Imaginez un seul instant, ce que serait devenu aujourd’hui notre cher Sénégal si ce Me Wade là, auteur de ces propos regrettables et inacceptables de la part de son ancien président, demeurait encore à sa tête ?

Lire plus

Il est indéniable et absolument vrai, que l’objectif principal et le but essentiel visé par la décentralisation, c’est parfaitement, de rapprocher l’administration le plus près possible de ses administrés. Et cela va sans dire, qu’elle doit aussi bien entendu être au service des citoyens, pour la satisfaction de leurs besoins administratifs et autres bien compris. Ce qui dicte dès lors à l’Etat, d’ériger les collectivités locales sur des bases saines, objectives, rationnelles et économiquement viables

Lire plus

La belle victoire du Parti radicale de Gauche fait renaitre la Gauche en terre Grèce. La Gauche sénégalaise, africaine et de tous les pays du monde doivent saluer la belle victoire de la Gauche en Grèce. Mais, ne pas s’en arrêter seulement aux félicitations et manifestations de joie sentimentale. La Gauche, dans son ensemble, doit tirer impérativement la leçon et prendre exemple objectivement, de l’efficacité dans la lutte du Parti radical de Gauche en Grèce.

Lire plus

L’impunité qui perdure, fait renaitre dans la République des réflexes féodaux de « propriétaires terriens » déchus. Des habitués de spéculations foncières et récidivistes invétérés narguent leurs concitoyens

Lire plus

 

Malheureusement, il faut oser l’affirmer avec force que la maladie infantile et meurtrière de la gauche sénégalaise, c’est bien sa division ou son émiettement. Véritablement, ceci  a fortement affecté l’existence la gauche sénégalaise voire africaine, au point de la scléroser ou la miner.

Lire plus

 

photo 2 (2)Les événements du Burkina Faso ont révélé que la rue est sur le point de devenir, en Afrique, le véritable rempart contre les révisions constitutionnelles « pour convenance personnelle ». Faut-il s’en féliciter ou en être désolé ?

S’en féliciter certainement si l’on sait que la vocation normale d’une révision, est d’adapter la Constitution aux circonstances changeantes, dans le sens de l’approfondissement de la démocratie et de l’Etat de droit.

Lire plus

Le problème des médias au Sénégal, à partir de l’Alternance 2000, a pris une tournure tout à fait contraire à leurs missions propres, dont celle d’informer vrai et largement les populations, ainsi que leur éducation dans le sens large.  En effet, maintenant ce sont des politiciens véreux encagoulés et des affairistes  aux ambitions politiques dissimulées, complices et suppôts des pouvoirs en place, qui ce se sont accaparé des groupes de médias, à des fins politico-commerciales.

Lire plus

aa_ibahima_seneLe 30 Octobre 2014, le peuple du Burkina, à l’appel des forces vives de la Nation, s’est opposé dans la rue, à la tentative du Président Compaoré, de perpétuer un « coup d’Etat constitutionnel », en usant de sa majorité parlementaire pour modifier la Constitution, en vue de se donner les moyens légaux de se maintenir au pouvoir.

Lire plus

Le Sénégal, est effectivement  depuis son indépendance en mal d’un dirigeant modèle, constant, intègre, digne de ce nom avec les aptitudes requises pour le diriger avec autorité, rigueur, dans la droiture et en toute impartialité. Il a été jusque-là, toujours trahi par ses dirigeants, et ces derniers une fois arrivés et  confortablement installés au pouvoir, tournent le dos à ses intérêts supérieurs. Quel dommage pour ce peuple si tolérant et compréhensif à l’endroit des ses dirigeants pourtant peu méritants.

Lire plus

 

Il semble que les retrouvailles de la « grande famille libérale » aient relégué au second plan le bruyant procès de Karim Wade. En effet, depuis le jour de la Tabaski,  ces fameuses retrouvailles font les choux gras de la presse. Ce n’est pas la première fois d’ailleurs que cette question est agitée ça et là. Elle a commencé à prendre forme, cependant, avec la visite dite de courtoisie que le Directeur politique du Président de la République a faite au président Abdoulaye Wade, le jour de l’Aïd-el-Kébir. Les discussions que ce dernier aurait eues avec son hôte se poursuivraient avec le Coordonnateur du Pds, M. Oumar Sarr.

Lire plus

Le vendredi 30 mai 2014, Mr Lewis Lukens, ancien ambassadeur des USA à Dakar rencontrait la presse, au terme d’une mission de trois ans. Profitant de cette toute dernière opportunité, il exhortait le Gouvernement sénégalais à « se focaliser » sur la question des ordures et des problèmes de l’Environnement en général, pour mieux tirer parti du potentiel touristique du pays.

Lire plus

Nous partageons avec vous les observations de Ibrahima Séne membre du PIT Sénégal sur le Projet de Loi des Finances Rectificatives 2014 Révisée.

Lire plus