Délinquance et Education: Nous demandons une politique globale et cohérente

By in Actualités on janvier 17, 2013

 

« L’éducation est l’arme la plus puissante pour changer le monde. » Nelson Mandela


Quand sont tombés les chiffres de la criminalité et de la délinquance dans notre pays en Août, il ne s’en est suivi aucune prise de position forte de nos politiques, de l’état ou de la société civile.

Dans toutes les sociétés modernes les chiffres sur la délinquance et la criminalité sont considérés comme un des baromètres majeurs pour réfléchir sur notre société, nos mœurs et de l’impact de nos politiques de transformation sociale engagées. Les gouvernants ne semblent vouloir s’occuper que de la demande sociale qui dans leur entendement se résume en prix du riz, de l’huile et de la facture d’électricité. Je ne sais pas ce qui leur fait penser que notre société n’a que des besoins psychologiques primaires sur l’échelle de la pyramide de Maslow. L’indifférence est totale par rapport à la souffrance des populations victimes d’exactions, d’agressions, de vols, viols et meurtres. Ils nous proposent juste des pansements, de la psychologie de masse suffirait à leurs yeux!

Il est temps que l’on traite en profondeur dans notre pays des problèmes de sociétés aussi inquiétants qu’angoissants. Il faut donc que les tenants du pouvoir nous disent quels sont les leviers qu’ils comptent privilégier pour arriver à bout de cette délinquance qui s’est installée dans notre pays avec une recrudescence soutenue dans la capitale et sa banlieue. Les malheureux événements au stade LSS ou lors des manifestations des thiantacounes sont des indicateurs manifestes d’une jeunesse angoissée. Nous souhaitons qu’ils nous déclinent une vision claire du Sénégal qu’ils veulent construire avec nous. L’accent ne sera t-il mis que sur la répression ? L’incarcération ? Et/ou sur les politiques sociales d’insertion ? Les comités départementaux de prévention et de lutte contre la délinquance évoquée lors du dernier conseil des ministres n’est ce pas une organisation administrative de plus?Nous citoyens nous demandons une politique cohérente !

Il serait temps de nous dire quelle place L’éducation aura dans ce dispositif si attendu par le peuple ? Et voici autant de questions que je soulève et tout ceci doit tenir dans une cohérence parfaite de la politique globale du quinquennat commençant. J’interpelle aussi nos chers concitoyens sur la nécessité d’être exigeant avec nos nouveaux dirigeants dans leurs actions et leurs solutions proposées ou mis en œuvre dans le traitement des dossiers du pays : délinquance , sécurité des biens et personne , sécurité alimentaire, inondation, crise énergétique, crise dans l’éducation et crise en Casamance etc. Car la démocratie représentative adoptée chez nous n’exclut guère une bonne partie de démocratie participative à coté des combats citoyens menés et tout ceci dans la constance. J’ai établi un lien de corrélation fort entre la sécurité, la délinquance et l’éducation, ce qui me permet de faire une brève transition sur la proposition du chef de l’état d’organiser des assises de l’éducation. L’idée en soit est une excellente initiative. Mais il faudra que le président dote à cette initiative d’une vision et surtout d’un chronogramme ! Un sommet social entre le Président, le gouvernement, les partenaires sociaux et tous les intervenants du secteur de l’éducation du pays serait une réelle avancée. Dans ce sommet social le président pourra partager sa vision de ce que devrait être la politique de l’éducation dans notre pays. Nous dire quel doit être la place de l’état dans ce grand chantier. En résumé faire vivre notre démocratie sociale !

D’autres questions primordiales vont être soulevées et, des réponses apportées, dépendra la survie de l’excellence de notre système éducatif qui est un des socles de notre idéal républicain : il se posera alors le problème du rythme scolaire , la question des vacances scolaires, l’épineuse question de la place du privé dans la mission d’éducation dévolue à l’état, la question de l’organisation des filières de formation dans le supérieur, du contenu des programmes dans le collège et le lycée pour renforcer l’excellence, la citoyenneté, l’éthique et la morale chez nos enfants . La question de la formation des enseignants et de leurs recrutements. La question stratégique de la prise en compte des plates formes de revendication sociale des syndicats du secteur pour des années universitaires moins perturbées ne pourra être éludées et pour sortir définitivement de la logique de chantage sur la paix sociale. Je ne saurai finir sans inviter à initier un travail de réflexion en profondeur sur la valorisation et le renforcement dans notre pays des filières professionnelles et ceci dés l’obtention du brevet de fin de collège. Les systèmes suisse et allemand me semblent être une bonne inspiration. Une fois que tous les partenaires dégageront un consensus large sur la feuille de route suite à l’impulsion du chef de l’état, on pourra alors organiser les assises de l’éducation pour mettre en place les recommandations les plus efficaces afin d’atteindre les objectifs qu’on seraient fixés. Il peut être envisagé la mise en place d’un rapport de suivi parlementaire tous les étés pour rendre compte de l’exécution et du respect des engagements pris par la tutelle avant la reprise de chaque année scolaire et universitaire pour un état des lieux transparent et partagé entre les acteurs.

L’éducation reste l’arme la plus puissante pour changer notre pays dans le bon sens.

Mohamed LY


3 thoughts on “Délinquance et Education: Nous demandons une politique globale et cohérente

  1. 1

    Bravo beau texte

  2. 2

    Bonjour ! Congratulations depuis Paris.
    La présence savamment souriante de M. Mandela est un geste exquis : que sa force soit avec vous.
    Sincere Best wishes for this Think & Do !

    Jenny.
    13.02.2013

    N.B. : @Mohamed Ly : votre intervention lors du 3FTT reste en mémoire avec amitié.

Laisser un commentaire